EAN13
9782492658112
ISBN
978-2-492-65811-2
Éditeur
LEZARD DES MOTS
Date de publication
Collection
MDNR
Nombre de pages
314
Dimensions
21 x 14,8 x 2,4 cm
Poids
406 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

3 - Cueille l'Automne

Lezard Des Mots

Mdnr

Offres

Le vent se lève.
D’abord inaudible, il forcit et me balaie le visage, me projetant huit ou neuf feuilles mortes éparses. Quelques clochettes pendues parmi les branches sont bousculées par ses caresses amères, et susurrent leur chatoiement métallique aux Palarbres qui conversent à voix basse.
Je me tiens à l’orée du bois, sur les rives de la Clepsydrale qui le bordent. La lune se mire déjà dans ses eaux calmes, si noires qu’on dirait les flots d’encre du Mélanflot. La nuit n’est pas si avancée, et le soleil hésite à disparaître vraiment, à laisser sa place. Drakôn lui a demandé de rester encore un peu, pour magnifier la scène et offrir aux Sœurcières de la Troisième Voie l’intensité dramatique qui leur sied si bien. La lumière est d’or, et les tons sont rouges. Les feuillages brasillants rivalisent de couleurs, veulent afficher du mieux qu’ils le peuvent leur déclaration d’amour à l’automne.
C’est bien pour cela que nous sommes toustes ici en cette fin d’après-midi. Pour les célébrations de la Moisson des Mots, comme chaque année dans notre douce Vallée.
Aujourd’hui, je tremble de fierté dans tout mon cœur draconique. Les Sœurcières approchent, une à une, menées par maon collègue LAncoLibre, qui tient entre ses bras le produit de la Moisson. Notre assemblée doit communier ensemble autour de ces nouveaux mots.
Parmi les silhouettes qui me rejoignent, enveloppées de brumes qui floutent leurs contours et dont elles s’arrachent à chaque pas, dans des volutes enfumées, se trouvent quatre autrices que je connais, et une nouvelle venue. Enfin, pas vraiment.
LAncoLibre s’immobilise à mon niveau, me confie son fardeau. J’accueille les Sœurcières. Elles ont la tête baissée, comme l’exige notre rituel. Nous rejoignons une table de pierre emmoussée, au-dessus de laquelle se tendent les premières branches d’ors et de grenats des Palarbres enluminés d’automne. Notre cercle s’étend tout autour de la boîte que j’ai posée sur la pierre. Alors que je prends place en son cœur, la Vallée des Mots m’accompagne de sa grâce, et un rayon de lune s’attache à ma personne draconique, faisant miroiter mes écailles de mille réfractions opalines. J’admire un temps ces cinquante nuances de parme qui me nimbent d’un halo mystique, puis je prends la parole pour performer l’ouverture de la cérémonie.
— Nous voici réuni·e·s pour accueillir de nouveaux mots, et glorifier la créativité de la mousse, des champignons et des sporules, des vrilles de cucurbitacées et des feuilles rousses. Ami·e·s, qu’apportez-vous à notre congrégation ? Qui s’avancera dans la lumière de Drakôn ?
Je me retire, cédant la place à une première ombre, féliforme au demeurant. Lorsqu’elle entre dans la lumière de lune, qui a cessé de me suivre, un flash se produit, et elle paraît dans toute sa vérité.
— Je me présente à vous, je suis Qat2kx. Je n’ai du chat que l’apparence, les iris verts et le miaulement déterminé même si faussement plaintif. Je vous emmène… Jodai Tokushu Kanazukai.
Elle se tourne vers la table, se penche sur le coffret-aux-mots, qui frémit alors qu’elle s’apprête à l’ouvrir prudemment. Une sombre clarté en jaillit, aux couleurs de l’âme humaine torturée, qui nous parle d’une école, lointaine, perdue dans le bassin lémanique. Le ciel de l’automne se couvre d’images : des fuites d’eau, un chat, une directrice manipulatrice qui se délecte continuellement de mets psychiques savoureux, des conversations un rien absurdes… et Salomon, dont j’identifie aisément la pensée machinique.
— Merci, Qat2kx, pour ces … hum … saveurs incongrues, j’argue. Qui poursuivra la ronde des mots ?
Ah, voilà. Avant même que la lumière de Drakôn ne se saisisse de son ombre, je la reconnais : elle arbore sur sa longue cape brune des motifs de feuilles dorées. Nous avons beaucoup travaillé ensemble récemment. J’apprécie beaucoup Ema, qui vient me rendre visite de temps en temps, quand elle n’a rien à faire à Vilaltierre.
— Mais qui êtes-vous ?
Elle marque un temps d’arrêt théâtral, puis se place dans le cercle de lumière que sa consœur a laissé vide. La lune la révèle toute sourire.
— Je me présente à vous à mon tour, je suis Lordesfeuilles. Après ma Deuxième Quête, je me suis donné l’objectif d’une quête troisième. Et voici ma contribution : La Préférée.
Le coffret-aux-mots crache son texte sans se faire prier, et les images envahissent de nouveau le ciel qui s’assombrit de minute en minute. La première chose que nous découvrons est un carosse. Noir. Des citrouilles énormes. Une bibliothèque pleine de secrets. Un lit à baldaquin. Nous lisons dans ces scènes disparates une sorte d’inquiétude rampante, nous y devinons une situation de sorcellerie ; pas de celle que nous pratiquons actuellement, marquée par de bonnes intentions et un rêve commun.
— Merci, Lordesfeuilles, pour cette tempête et ces vents d’espoirs. Qui poursuivra la ronde des mots ?
Une ombre leste louvoie parmi nous, et son manteau est de nuit constellée d’écailles rouge passion. Il y a autant du loup que du dragon dans sa démarche, qui me rappelle mon lointain cousin Manidriss. Je ne me suis pas trompé.
— Je me présente à vous, je suis Cécilia Perrot Gilbert. Je laisse Aurélie & Yanis se débrouiller seul·e·s un moment, le temps de vous présenter Le Rituel de la Voix.
Elle enclenche le mécanisme. Effets son et lumière dans le ciel de la Vallée. Nous voyons une forteresse, des dragons (coucou Mani !), une guerre qui menace, des animaux parqués comme des marchandises. Puis la nuit éclate et se répand. Nous croyons à la fin du film, mais une tête de louvetelle s’étale devant nos yeux, tout en finesse, tout en sourire, parmi les étoiles.
— Merci, Cécilia, pour la vibrante défense de celles et ceux qui ne peuvent dire, merci de porter leur parole. Qui poursuivra la ronde des mots ?
Des particules sablonneuses, comme autant de grains rêveurs, s’agrègent en une forme difficile à définir. Mais je ne suis pas dupe. Je sais qui elle est : comment la confondre avec qui que ce soit ? C’est ma première stagiaire, avec qui nous avons partagé l’encre et les mots de la préface du précédent recueil. Et je ne partage pas l’encre avec n’importe qui ! La voilà grandie, maintenant. Autrice parmi nous.
— Je me présente à vous, je suis The Dreaminoux. Je dois encore soutenir un rapport de stage, Ed ? (Elle rit, et son rire a la saveur des embruns.) Trêve de bavardages, voici Depuis les Nuits de Sable.
Le coffret-aux-mots s’est enhardi, et les images viennent alors qu’elle ne s’est même pas encore tournée vers lui. Des diapositives. Une fille en regarde une autre dans les yeux. Un bel échange de sourires d’amour. Diapo suivante. La fille est seule et contemple le souvenir enfumé de sa compagne envolée dans les sables du temps. Diapo suivante. Elle rêve. Il y a quelqu’un d’autre avec elle. Que font-iels ? Diapo suivante. Un temple aux boiseries rouges, qui me rappelle l’ambassade d’Akage. Des reflets dans l’eau. Une prise de conscience. Diapo suivante. Des illusions perdues. La grandeur. La révolte. Des phonèmes volètent dans le ciel, comme la persistance d’un murmure. /amajaː/
— Merci, Dreamy, pour ton combat dans l’arène. Tes pensées sont magnifiques et laisseront leur empreinte dans un sable qui ne s’envolera plus. Porte haut le flambeau ! Qui poursuivra la ronde des mots ?
Je reconnais l’odeur de sa prose puissante alors que la dernière ombre s’avance. J’en suis persuadé. Il y a ce petit quelque chose, ces détails : une cape qui évoque une forêt printanière, hiatus certain et assumé de sa part. Comme une parcelle de Farasie qui hésiterait encore à hiverner. La lumière de la lune me donne raison.
— Je me présente à vous, je suis Emeline Di Sopra. Il y a ici quelque chose qui me pousse à y revenir. Serait-ce la forêt ? Ces anciens Palarbres, qui me rappellent mon Ariège, ou les Ardennes ? Je souhaite vous offrir ce soir une Pure Merveille. Ce n’est pas une blague !
Elle fait un petit pas de côté, touche le boîtier, qui s’entrouvre pour laisser passer une flopée d’invectives. Puis s’estampe la mer. Déchaînée. Une falaise. Un port bruissant d’émeutes. Des luttes et des femmes qui se soulèvent contre un pouvoir oppressant. On y gueule, on y raconte la Croisée des Chemins ...
S'identifier pour envoyer des commentaires.